Chahaignes : une exposition numismatique pour commémorer la Grande Guerre

Publié par le 11 novembre 2018 Laissez vos commentaires

Le bourg de Chahaignes a  choisi une façon originale de commémorer l’anniversaire de l’armistice, à travers l’exposition annuelle du Club numismatique d’Argenteuil, présidé par Jean-Louis Cappry. C’est la quatrième fois que celui-ci expose dans le village  grâce à Jean-Pierre Meunier, un de ses membres qui y possède une résidence secondaire .

A l’entrée de la Chahaignote, le visiteur était accueilli par une reproduction grand format d’une médaille en l’honneur du 11 novembre 1918, frappée à l’effigie de Georges Clémenceau.

Les panneaux suivants rappelaient que les premières tentatives d’union monétaire remontaient à 1865 avec la création de l’ « Union monétaire latine » qui a perduré jusqu’en 1926. Un peu plus loin, un billet de 500 francs représentant Marie Curie ainsi que l’une de ses « voitures radiologiques », qui avaient permis d’éviter beaucoup d’amputations,  voisinait avec des billets émis par la Trésorerie des armées ; ceux-ci ont été mis en circulation afin d’éviter la saisie de monnaies en métal précieux par l’ennemi.

Un projet de billet de 1 000 francs dessiné par François Flameng  ne sera jamais imprimé en raison de l’inflation ; il sera remplacé, avec le même décor, par un billet de 5 000 francs qui ne sera finalement offert au public qu’en 1938 et le restera jusqu’en 1945. Flameng, peintre aux armées, a laissé une série de croquis et d’aquarelles remarquables qui ont servi de fil conducteur à l’exposition.

En quittant la Chahaignote, le visiteur pouvait s’attarder devant une vitrine contenant un casque  Adrian  mis en service à la fin de 1915, une baïonnette de fusil Lebel à pointe en croix destinée à infliger des blessures ne se refermant pas, un bidon, des pièces d’artisanat de tranchée, etc.

Dans la salle des fresques, on trouvait des pièces trouées pour économiser le métal et mieux les différencier de celles en argent ; elles ont été mises en circulation dès 1914.

Un panneau était consacré à 1917, année charnière, marquée par le guerre sous-marine menée par les Allemands, l’entrée en guerre des Etats-Unis, les mutineries, la Révolution bolchevique, l’engagement des premiers chars et le développement de l’aviation militaire.

Le cessez-feu est intervenu le 11 novembre 1918 à 11h. Le dernier mort français avait été tué dix minutes auparavant. L’heure était enfin venue de tirer le désastreux bilan du conflit.

Chahaignes : Exposition à La Chahaignote et à la salle des fresques jusqu’au 25 novembre.

                                                                                                   Xavier Campion

 

Merci de partager cet article 🙂
Tags : ,

Classés dans :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.