Dev’Up : de nouveaux outils au service du développement

Publié par le 11 février 2019 Laissez vos commentaires

« Dev’up », une agence unique de développement économique a été mise en place en janvier 2017 par la région Centre-Val de Loire .Si son siège est fixé dans la capitale régionale, Orléans, « Dev’Up », pour plus d’efficacité, possède un bureau dans chaque département ; dans le Loir-et-Cher, celui-ci est installé à Blois. C’est toutefois à Vendôme que s’est déroulée, le 6 février, la rencontre annuelle des élus départementaux parmi lesquels Laurent, Brillard, le nouveau « patron » de la ville et de la Communauté d’agglomération ainsi que Philippe Mercier, premier vice-président de l’EPCI. Celle-ci a permis au Président de la Région, François Bonneau, de dresser un premier bilan de la stratégie économique mise en œuvre et de fixer le cap pour l’avenir. La journée s’est articulée autour de trois temps forts : la réunion sur la stratégie d’attractivité économique régionale, ses outils et ses perspectives, la visite  de l’entreprise « Getinge La Calhène », pionnière dans les domaines du confinement et de l’isolation qui travaille  tant pour le nucléaire que pour la santé ; enfin, pour conclure, la journée s’est terminée par des échanges sur l’économie collaborative avec des témoignages d’acteurs vendômois.

La réunion a été marquée par le lancement officiel, en début d’après-midi, d’un site innovant www.settingup-centrevaldeloire.fr.

« Ce site est novateur, parce qu’il aborde le développement économique sous tous les angles », a expliqué le président Bonneau. « Setting-up » apparait comme le portail de l’offre immobilière et foncière de l’ensemble de la Région. Destiné aux porteurs de projets, il se présente concrètement de la manière suivante : En cliquant sur le site, le candidat peut choisir le département, la ville, le type de local recherché. Chaque offre, illustrée de photos, permet de connaitre la situation géographique précise de l’emplacement proposé,  son environnement professionnel, ses caractéristiques techniques et administratives, etc. Lorsque le porteur de projet veut faire connaitre son intérêt, il laisse ses coordonnées et un « accompagnateur » se mettra rapidement en contact avec lui. Il sera en mesure de le conseiller et de lui apporter un soutien total dans ses démarches. L’apporteur de projet va pouvoir mesurer à loisir les inconvénients et les avantages de chaque implantation par rapport à l’activité qu’il souhaite développer. Le président Bonneau a souligné que ce projet, unique en son genre au niveau d’une région, correspondait à un véritable besoin, que sa mise en œuvre dans un délai d’un an, a été particulièrement rapide et qu’il va être enrichi en permanence.

Le système mis en place facilite non seulement l’implantation immobilière mais il ouvre la voie à une insertion dans le tissu économique local grâce à des chefs d’entreprises qui jouent le rôle d’ambassadeurs. A cet égard, le Vendômois se présente comme particulièrement exemplaire puisqu’un Cercle des entreprises, particulièrement réactif et efficace, y est solidement implanté.

François Bonneau a convié les participants à une réunion sur les « Cordées du territoires », visant à affiner la réponse aux besoins des entreprises en matière de formation, au plus près d’elles.

Magali Marty, présidente du CEV, a souligné d’une part que le club a noué des liens avec les établissements scolaires pour faire connaitre aux jeunes les différents métiers qui leur sont ouverts et que d’autre part ses membres  interviennent régulièrement dans les collèges.

Getinge-La Calhène

Les participants étaient ensuite conviés à une visite de l’entreprise « Getinge-La Calhène », située non loin de la gare TGV, spécialisée dans les solutions de confinement et d’étanchéité appliquées d’une part au nucléaire et d’autre part au domaine de la santé. Implantée sur 9 000m2, l’usine, qui offre la vision d’un lieu immaculé,  dispose de 1 200 m2 de salles « blanches » (pièces où la concentration de particules étrangères est limitée au maximum  et où certains paramètres tels que l’humidité, la température et la pression sont également maintenus à un niveau précis). Employant actuellement 225 collaborateurs, l’entreprise voit son chiffre d’affaires progresser d’une façon constante. « Getinge » est l’un des leaders mondiaux dans sa partie avec 75% de son activité  dirigés vers l’industrie pharmaceutique et 25% vers le nucléaire. Les matériels mis au point sont utilisés pour le retraitement des déchets, le démantèlement des sites contaminés ou encore la radio-médecine. Ce savoir-faire, très particulier, est difficilement transférable. En résumé « Getinge » conçoit, fabrique et commercialise des équipements destinés à la manipulation, au transfert et au traitement de matériaux, le tout dans une étanchéité  constante destinée à protéger l’opérateur ou le produit.

« Getinge » travaille avec des sous-traitants, tels que « Vendôme-Inox » à Naveil.

Si on parlait économie collaborative

Le 3ème volet de cette journée était consacré à un évènement local, « ESI » pour « Entreprises Synergies et Innovations » mis en œuvre par « Dev’Up » dont la charte graphique a été conçue par les étudiants du « Bachelor Communication TIC » de la CCI du Loir-et-Cher. Cet évènement, porté par le Cercle des Entreprises du Vendômois, s’est déroulé à la salle de la  Condita de Naveil devant un parterre d’une bonne centaine de chefs d’entreprise très motivés, en présence de François Bonneau.

Trois tables rondes ont réunis des entrepreneurs du territoire qui ont lancé des actions innovantes dans les domaines de la valorisation des déchets pour les transformer en ressources, du regroupement d’achats pour produire plus efficacement, enfin du travail en réseau.

Après que Magali Marty, la présidente du CEV, ait rappelé l’engagement de celui-ci dans le domaine de la formation, le président Bonneau a fait l’éloge de l’économie collaborative dont une bonne illustration se développe dans le Vendômois.

Des solutions astucieuses et efficaces ont été mises en place dans ces différents domaines : valorisation des palettes et des cartons, création d’une CUMA pour nourrir 800 animaux dans le secteur de Savigny-sur-Braye, recours à un groupement d’employeurs permettant de transformer des emplois à temps partiel en emplois à plein temps et de conserver ainsi la main d’œuvre sur le territoire

                                                                                                 Sabine et Xavier Campion

Merci de partager cet article 🙂
Tags : ,

Classés dans :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.