La Chartre : La famille Coulon chez Nocogo

Publié par le 22 novembre 2018 Laissez vos commentaires

Le 17 novembre, la galerie Nocogo accueillait Sylvie Bréger et Gilles Coulon accompagnés de leur mère, l’épouse de Pierre Coulon, le célèbre peintre aux toiles proches des impressionnistes, qui s’était retiré à Couture-sur-Loir.

Sylvie Breger qui a manqué de s’installer dans l’ancien prieuré de Villedieu-le-Château pour se rapprocher de sa mère, vit  en Dordogne, plus précisément à Hautefort que domine son château des XVIe et XVIIe siècles, non loin de la Corrèze. Dotée de multiples talents, elle a d’abord montré ceux-ci dans les arts du spectacle, qu’il s’agisse du cinéma, de l’opéra ou de la danse ; maquillage ou effets spéciaux, rien ne lui est étranger ; en particulier, elle a travaillé pour le Festival de danse de Châteauvallon dans le Var. L’un de ses moyens d’expression, la terre cuite, lui a d’abord permis de traduire la souffrance qui peut atteindre le corps humain ; plus récemment, elle a découvert l’animalité à travers des formes pures et dépouillées qu’elle émaille ou patine. Certaines de ses pièces sont enfumées suivant une technique voisine de celle du « raku » ; celle-ci a d’abord été développée au Japon et consiste à soumettre les créations à un choc thermique qui entraine une oxydoréduction ; c’est ainsi que certaines d’entre elles peuvent acquérir une finition argentée. Ses chevaux et ses taureaux  évoquent des chefs-d’œuvre de l’art antique.

Gilles Coulon, qui, lui, vit dans la région parisienne à Yerres, dans l’Essonne, a une formation d’architecte.  «Depuis toujours, j’ai aimé peindre et  dessiner ; pour moi, c’est un véritable besoin ; en effet je ne trouve pas l’immobilier toujours marrant ! »  Le peintre a exposé dans différents salons, à l’abbatiale de Bernay, à Arcachon, par exemple, ou plus près de chez lui, à la maison Caillebotte qui a appartenu au peintre dont elle porte le nom, ou encore dans des locaux en cours de réhabilitation. S’il utilise souvent l’huile qui lui permet des repentirs fournissant de l’épaisseur à ses tableaux, il aime également l’aquarelle. Il a une prédilection pour les bords de mer dont il fait des croquis, notamment lorsqu’il est en vacances dans sa maison de famille à Soulac-sur-mer (Gironde). Il affectionne les tons gris colorés mais à condition qu’ils soient traversés par un trait de lumière. Son goût le porte vers les lignes et les contrastes « Je me dirige de plus en plus vers l’abstrait qui représente pour moi une sorte d’aventure. A partir d’une tache de couleur posée sans idée préconçue, je me laisse guider par mon pinceau. »

Galerie Nocogo, rue Nationale à La Chartre-sur-le-Loir (72340) jusqu’au 24 décembre.

                                                                                                         Xavier Campion

 

Merci de partager cet article 🙂
Tags : , , ,

Classés dans :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.