La Chartre : l’univers onirique de Stéphanie de Malherbe

Publié par le 15 décembre 2018 Laissez vos commentaires

Stéphanie de Malherbe  porte un nom universellement connu ; fille d’Armand de Malherbe qui fut, entre autres, un acteur éminent de la vie politique locale, elle est née à Boulogne-Billancourt dans les Hauts-de-Seine. Elle est diplômée de l’Ecole Penninghen, un établissement d’enseignement supérieur réputé qui forme à la direction artistique et à l’architecture d’intérieur. Elle a travaillé avec le célèbre couturier Jean-Paul Gaultier avec lequel elle a réalisé les costumes des personnages du film de Luc Besson , « Le 5ème élément » ; ceux-ci avaient été fort remarqués et avaient contribué aussi au succès du film.

« Ma première exposition a eu lieu à Paris ; un mois plus tard, je partais pour le Mexique avec mon mari ; j’y suis restée pendant 11 ans ; nous avons passé ensuite cinq ans en Espagne, à Séville et à Madrid, avant de revenir en France, il y a sept ans. »

C’est en visitant une exposition au Musée d’Orsay,  consacrée à Van Gogh, que l’artiste s’est rendu compte de l’importance des couleurs. Son long séjour au Mexique devait contribuer à l’imprégner d’un univers où celles-ci sont aussi éclatantes que contrastées. Parmi ses références figure également l’école post-impressionniste des « Nabis », ces peintres qui se voulaient libérés des exigences du réalisme dans la continuité de l’école de Pont-Aven. Pour eux, suivant la formule célèbre de Maurice Denis, « le tableau… est avant tout une surface plane recouverte de couleurs en un certain ordre assemblées. » La peinture doit donc être une interprétation de la nature. Stéphanie de Malherbe attache une importance primordiale à la complémentarité des couleurs.

Installée depuis un an à La Chartre, l’artiste vient d’y ouvrir un espace d’exposition nommé « Z & O », au 17 rue François Coudreux. La première présentation de ses œuvres, d’inspiration très diverse, a débuté le 8 décembre et durera jusqu’au 20 janvier. Ses talents sont nombreux : elle est une portraitiste réputée aussi bien qu’une paysagiste marquée par un onirisme qui parait tout particulièrement dans des décors enneigés où la terre, les arbres et le ciel se mêlent ; les visiteurs seront aussi très sensibles aux variations sur le thème du maïs, véritable plante magique qu’elle travaille dans une gamme de tons allant du pastel aux couleurs les plus contrastées et les plus vives.

Stéphanie de Malherbe mêle avec bonheur l’acrylique, l’aquarelle, l’encre de Chine, le pastel, le crayon, les collages ; elle met toutes les techniques au service de ses émotions.  Cette large palette explique, peut-être, le succès rencontré par ses cours, destinés de préférence aux adultes puisqu’ils durent toute une journée.

Son retour en France lui a permis, nous a-t-elle confié, de retrouver ses racines,  en ayant gardé en mémoire toutes les couleurs que ses voyages à travers le monde lui ont fait découvrir.

L’artiste expose dans différentes galeries, notamment à Paris. Elle vend également  grâce à une galerie numérique dont la responsable la suit régulièrement. Avec le «  web », son talent reconnu ne fait qu’accroître sa notoriété à travers le monde.

Exposition Stéphanie de Malherbe, « Espace Galerie Z & O », 17 rue François Coudreux, 72340 La Chartre-sur-le-Loir,  du 8 décembre 2018 au 20 janvier 2019. Ouverture jeudi, vendredi, samedi et dimanche de 11  à 13h  et samedi de 15 à 19h.

                                                                                          Sabine et Xavier Campion

 

Merci de partager cet article 🙂
Tags :

Classés dans :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.