La Chartre. Paradis s’envole !

Publié par le 16 octobre 2018 Laissez vos commentaires

Dimanche après-midi, le local de l’association « Paradis » était en pleine effervescence pour la dernière répétition générale avant la première du spectacle, programmée pour  le 27 octobre. Le titre de celui-ci, « Paradis en plein vol », constitue une invitation au voyage à travers le temps et l’espace.

A notre arrivée, le premier décor avait été monté ; il s’agissait d’un grand avion blanc dont le nez était braqué sur la salle. Au micro, le commandant de bord a donné des instructions de sécurité plutôt fantaisistes : s’il était interdit de fumer dans l’appareil, il n’existait néanmoins aucune porte de secours ; en cas de problème, un seul conseil : « courez vite ! ». Les réclamations devaient être adressées au pilote que l’on pourrait trouver au bar durant toute la durée du voyage ! Le mot de la fin a été : « gros bisous et bonne chance ! »   Tout un programme !

Retour sur terre : les « machinos » se sont affairés ; l’avion a disparu, remplacé par des arbres gigantesques, peuplés de papillons géants tandis qu’au sol poussaient d’immenses champignons charnus. Tandis que sa mère partait à une soirée, Alice était couchée dans son lit…. Elle s’est endormie et est arrivée au Pays des Merveilles, peuplé de personnages bien connus dont le gros lapin blanc et sa montre géante. Les danseurs et danseuses sont entrés en scène avec une harmonie parfaite entre le chant et le geste ; tout respirait la joie et le bonheur ! Le premier vers de leur chanson, « Il y a quelque chose de magique entre vous et moi »,  a parfaitement traduit  le lien qui s’est tissé immédiatement entre les artistes et leur public. Les premiers respirent la joie de vivre et le bonheur d’être sur scène, le second se sent happé par cette gaité communicative.

Au second tableau, nouveau changement de décor : nous sommes à Londres, comme l’indique la présence de deux grenadiers de la Garde de sa Gracieuse Majesté ainsi que celle d’une cabine téléphonique rutilante. Les « Rochambelles », ces conductrices ambulancières qui ont pris part à la seconde guerre mondiale, ont évolué avec un air martial et n’ont pas manqué de faire un salut militaire impeccable.

Après ce détour par la Grande-Bretagne, nous nous sommes retrouvés dans les bureaux d’une agence de voyage où un aimable vendeur cherchait à satisfaire, avec un humour plein de sous-entendus, une cliente qui allait voyager pour la première fois. Quelle destination choisir ? La présentation de celles-ci a été prétexte à différents sketchs se déroulant successivement en Angleterre, aux Antilles, aux Pays-Bas, ce qui a donné lieu à un hommage à Jacques Brel, dont le célèbre tube « Le Port d’Amsterdam », a été repris par les chanteurs, en Espagne, en Russie et enfin au Brésil.

Nous ne dévoilerons pas la suite et laisserons aux spectateurs le soin de la découvrir. De toute façon les mots sont impuissants à décrire ce qui apparait comme une histoire d’amour et une fabuleuse rencontre entre des artistes  et le public. Ne manquez pas ce spectacle qui risque, en plus, d’être le dernier puisqu’en principe 2018 devrait voir la dernière revue de cette troupe pleine de talent et de créativité. A ceux qui apparaissent sur scène, il faut associer dans un même hommage, les techniciens, les machinistes, les couturières, les décorateurs, tous ceux et toutes celles qui assurent le service de la salle, etc.

 Réservations au Bar « le Jasnières », 8 place de la République, 72340 La Chartre-sur-le-Loir ; Tel 07 82 64 17 72 ou 09 63 51 01 46.

www.paradis-spectacle.fr     

                                                                                                    Sabine Campion

 

 

 

Merci de partager cet article 🙂
Tags : ,

Classés dans :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.