Montoire se souviendra du 11 novembre 2018

Publié par le 12 novembre 2018 Laissez vos commentaires

La pluie, parfois violente, qui tombait dimanche n’a pas empêché la foule d’assister à cette commémoration du 11 novembre  1918 dont l’un des temps forts a été la cérémonie qui s’est déroulée, place Foch, au pied du monument aux morts. Dans l’assistance, l’on remarquait plusieurs personnalités dont Maurice Leroy, député, Léa Poplin sous-préfète de Vendôme, Pascal Brindeau, maire de Vendôme et président des Territoires vendômois, Claire Foucher-Maupetit, conseillère départementale et maire de Selommes, Guy Moyer, maire de Montoire et de nombreux autres élus. La présence de tous était d’autant plus importante que les inspirateurs de la cérémonie avaient voulu associer l’ensemble des communes de l’ancien canton de Montoire à cet hommage solennel.

Les membres de l’Union musicale de Montoire ont réussi à accompagner jusqu’au bout l’évènement à la fin duquel les croix blanches portant le nom des morts, réalisées par l’association   « Hist’Orius » ont été plantées près du monument aux morts. Un certain nombre de figurants avait revêtu des uniformes ou des tenues  de l’époque. Pour tenir compte des circonstances atmosphériques, une partie de la cérémonie a été déplacée à l’abri, dans la salle des fêtes. C’est donc à l’intérieur de celle-ci, où les panneaux de l’exposition préparée par « Hist’Orius » avaient été repoussés contre les murs, que la commémoration s’est poursuivie.

D’un côté de la salle se tenaient les personnalités ainsi que les porte-drapeaux alignés en deux files qui se faisaient face. De l’autre côté, avaient pris place les musiciens ainsi que les enfants qui avait apporté le travail réalisé en classe sous forme de gros cubes décorés par leurs soins.

C’est à Claude Perrotin, président de l’UNC-AFN, qu’est revenu le soin de rappeler les circonstances de l’armistice et de dresser le bilan humain de la guerre. Guy Moyer, après avoir remercié les enseignants et les associations patriotiques, en premier lieu « Hist’Orius », s’est inquiété de la perpétuation du devoir de mémoire. Quant au général d’aviation Jean-Marie Beyer, délégué général du Souvenir Français, il a souligné que « toute guerre est une horreur et que la Grande Guerre a été une grande horreur. » Après avoir insisté sur le sacrifice des hommes et l’engagement de la Nation entière , il a lancé un appel aux jeunes pour qu’ils transmettent l’enseignement de l’Histoire. Maurice Leroy est revenu sur la durée de ce conflit et sur le fait qu’il a causé des blessures qui sont toujours vivantes. Il a, lui aussi, souligné l’importance du devoir de mémoire, en rappelant que la ville de Montoire avait compté 101 morts. La sous-préfète a fait état de sa fierté d’avoir pu assister à une cérémonie d’une telle qualité.

L’Union musicale a offert au public un petit concert de grande qualité où le public a pu reconnaitre des airs devenus immortels . La rencontre s’est terminée par une vibrante Marseillaise reprise par l’assistance et une « Madelon » chantée par les enfants des écoles, dirigée avec beaucoup de conviction par le chef Rodolphe Génesta-Pialat.

Nul doute que cette belle manifestation marquera la mémoire de toutes les générations présentes ce 11 novembre.

                                                                                        Xavier Campion

Un taxi de la Marne stationnait devant la salle des fêtes

 

Merci de partager cet article 🙂
Tags : ,

Classés dans :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.