Montoire : “Val du Loir Injection”, une entreprise heureuse

Publié par le 22 octobre 2018 Laissez vos commentaires

Le 19 octobre, l’entreprise « Val de Loir Injection » (VDLI), installée 57 rue Blaise Pascal à Montoire, a reçu un chèque de 60 000€ (30 000€ de prêt d’honneur octroyé par  le fonds croissance d’ « Initiative Loir-et-Cher », et 30 000€ par versé par « Total Développement Régional »). La remise du chèque s’est faite en présence notamment de Jean-Paul Tapia (vice-président, en charge de l’économie, des Territoires vendômois) et de Guy  Moyer (également vice-président et maire de Montoire).

« Val de Loir Injection » a été créé à Montoire, en 1998 par Francis Marolleau ; c’est l’une de ses filles, Blandine, qui en a repris la direction le 1er février 2017. La jeune  femme avait fait des études pour devenir photographe et avait déjà  créé sa propre entreprise. Par la suite, à la demande de son père, elle s’est d’abord occupée de la personnalisation des emballages alimentaires pour, au bout de quelques années, en 2012, s’investir à plein temps  dans la communication de VDLI et en devenir salariée. Lorsque ses parents ont voulu  faire valoir leurs droits à la  retraite, elle s’est décidée à reprendre l’entreprise malgré les risques encourus et la responsabilité que cela représentait. Blandine a une haute idée de sa fonction, qui consiste d’abord à satisfaire ses clients (« Nous sommes capables de livrer aussi bien un carton qu’un chargement de camion complet ! ») mais aussi à préserver l’emploi et les salaires de ses collaborateurs dans les meilleures conditions possibles. En fait, les deux objectifs sont étroitement liés. Cette conjonction explique beaucoup de choses y compris le choix de ses assistants.

L’entreprise, partie de la fabrication d’emballages agro-alimentaires parmi lesquels les pots der rillettes figurent naturellement en bonne place, a orienté une partie de plus en plus importante de son activité vers la confection de pièces techniques pour l’industrie. « Ecofit » (une société spécialisée dans les moteurs électriques et la ventilation) basée à Vendôme en est venu à figurer au nombre de leurs clients les plus importants. D’autres sociétés, bien connues, telles que « ‘Toy » (machines agricoles) à Montoire, « Précicast » (fonderie de précision) à Thoré-la-Rochette, le groupe Senior à Blois, le groupe Faiveley à Saint-Pierre-des-Corps qui travaille pour le TGV, etc. font également partie de la clientèle.

L’outillage destiné à la fabrication de produits pour l’alimentation appartient à VDLI tandis que celui destiné à la fabrication d’outillages demeure le plus souvent la propriété de ses clients.

Parmi les premiers chantiers lancés par Blandine Marolleau  se trouvent la création de nouveaux outillages, l’amélioration de la qualité  afin de répondre dès 2019 à la norme ISO 9001 ainsi que la sécurité des collaborateurs. La jeune femme se montre très sensible aux préoccupations écologiques. D’ores et déjà, les plastiques utilisés dans le domaine agro-alimentaire sont d’une nature différente et d’une qualité supérieure aux autres. « Si nos déchets sont actuellement récupérés et recyclés, notre objectif est de trouver des produits non seulement biodégradables mais aussi compostables et sans impact sur la nature. » Actuellement la société est en train de procéder à des tests qui devraient déboucher sur l’utilisation de matériaux réellement écologiques.

Actuellement, la clientèle de VDLI est concentrée dans le grand ouest. Blandine souhaite diversifier celle-ci et, dans ce but,  va participer au salon « all4pack » (foire internationale de l’emballage) qui se tiendra à Paris (Villepinte), du 26 au 29 novembre prochain. L’entreprise aura donc l’occasion de mettre en valeur le savoir-faire de ses collaborateurs ainsi que l’aptitude de ceux-ci à résoudre tous les problèmes en imaginant des solutions aussi pratiques qu’innovantes.

« Val-de-Loir Injection », c’est aujourd’hui 13  collaborateurs (trices) salariés (es), 11 presses à injecter de 40 à 500t, 1 500 clients et 2 500m2 d’atelier. Il faut relever par-dessus tout que VDLI se présente comme une entreprise heureuse en même temps que performante qui tient le plus grand compte de son équipe, composée aussi bien de femmes que d’hommes : « J’aime beaucoup mon équipe » a souligné Blandine qui a paru extrêmement attachée à celle-ci.

Le prêt à taux O, remboursable en trois ans, devrait être consacré à un nouvel outillage,  permettant d’attaquer le marché alimentaire du « tartinable ».

                                                                                                               Sabine et Xavier Campion

Merci de partager cet article 🙂
Tags :

Classés dans :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.