Ruillé : A Nazareth, les élèves fleuristes reçoivent un Meilleur Ouvrier de France

Publié par le 4 décembre 2018 Laissez vos commentaires

Le Lycée Nazareth est particulièrement réputé pour sa filière de formation en fleuristerie  sanctionnée par le CAP et le brevet professionnel par apprentissage. Mercredi 28 novembre, Elisabeth Chérel, le professeur, accueillait Jacques Castagné, meilleur ouvrier de France (MOF), qui exerce son métier dans le 13ème arrondissement à Paris et qui est titulaire de nombreuses distinctions. Celui-ci dirigeait un atelier destiné aux élèves du brevet. « Ceux-ci, nous a expliqué Mme Chérel, reçoivent non seulement une formation technique et pratique mais  sont également préparés à devenir responsables d’une boutique. Pourvu qu’ils acceptent d’être mobiles, ils n’ont aucun souci pour trouver un employeur. Ainsi une jeune Mayennaise a trouvé du travail à Aix-en-Provence alors qu’un autre élève s’est installé en Afrique du sud. » Un jeune qui a un esprit d’entreprise et qui accepte de sortir de sa « zone de confort » doit réussir. Durant la scolarité, plusieurs professionnels de haut niveau apportent leur expérience pour permettre aux jeunes d’apprécier  la diversité et  la richesse de leur future profession. Ils peuvent à leur contact compléter leur apprentissage des bases créatives et artistiques du métier. Ceux qui le souhaitent peuvent suivre des formations spécifiques les préparant à travailler, par exemple, dans l’évènementiel, dans le deuil, dans l’infiniment grand ou l’infiniment petit.

L’apprentissage se fait pour 75% en entreprise et pour 25% dans un centre de formation choisi par le maître de stage. Les élèves peuvent parvenir jusqu’au BM3 qui est l’équivalent du BTS.

Jacques Castagné a souligné que la technique évoluait rapidement. A cela, il faut associer la prise en compte des tendances nouvelles qui privilégient, par exemple, actuellement, les fleurs séchées et les cactus , des couleurs à la mode qui sont, actuellement, le bleu canard et le vert, et enfin de l’évolution des styles ; ainsi, ce sont, pour le moment, les tiges des fleurs elles-mêmes qui remplacent les baguettes utilisées autrefois et servent à structurer les assemblages.

                                                                                                          Sabine Campion

Merci de partager cet article 🙂
Tags :

Classés dans :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.