Trintignant, Mille, Piazzolla : un trio exceptionnel au Théâtre de la Porte Saint-Martin

Publié par le 6 janvier 2019 1 Commentaire

Jean-Louis Trintignant est revenu sur scène pour quelques représentations. Bonheur absolu. Accompagné par cinq musiciens dont l’accordéoniste Daniel Mille, l’acteur a choisi des poèmes qu’il affectionne. Les vers de Gaston Miron, Jacques Prévert et Boris Vian.

Résonance avec un lointain passé. Paris dans les années 1930. Le souvenir d’une mère courant sur les Grands Boulevards. Sublime et subtile.

Tout se mélange. La voix de Jean-Louis Trintignant est teintée de mélancolie. Extrême jeunesse. Phrasé unique.

La poésie permet de s’évader. Les images se superposent dans ma mémoire. Nos mémoires si touchées par tant de volupté.

Trintignant fait revivre Robert Desnos. Ils se promènent ensemble. La nature les observe. Vocabulaire nourri. D’un artiste à l’autre.

Mon p’tit Lou. Apollinaire. Poèmes à Lou. La tendresse d’un homme pour une femme.  Promesse d’amour. Instant dédié à sa fille Marie.

Les notes sont les fidèles compagnes de ce spectacle superbement émouvant. Jean-Louis Trintignant nous offre sa belle âme et son talent.

Sécher ses larmes en écoutant les plus grandes œuvres littéraires du XXème siècle.  Applaudir l’un des monstres sacrés du cinéma et du théâtre. Une heure précieuse que l’on voudrait éternelle.

                                                           Marion Allard-Latour

 

Merci de partager cet article 🙂
Tags : ,

Classés dans :

Un commentaire

  • Le 6 janvier 2019 Sabine Turlan a écrit :

    Ravie de savoir cela ! J’adore et vous remercie encore de si bien nous informer !
    Sabine Turlan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.