Vendômois : au coeur des métiers de l’hôtellerie et de la restauration

Publié par le 25 janvier 2019 Laissez vos commentaires

Le secteur de la restauration, de l’hôtellerie et du tourisme a une importance capitale dans le département du Loir-et-Cher et notamment dans le Vendômois ; cependant ce secteur n’attire pas autant de personnes en recherche d’emploi qu’il le devrait. Face à cette situation, la sous-préfète et un conseiller régional, tous deux coprésidents du comité pour le développement de l’emploi ont invité les conseillers chargés de l’insertion à s’impliquer dans le plan départemental d’action dans ce secteur, piloté par l’Etat, la Région et l’Union des métiers et  des industries de l’hôtellerie (UMIH). L’objectif fixé aux conseillers est de mieux connaitre les atouts et les faiblesses propres à ces professions afin qu’ils puissent développer un argumentaire mieux adapté et plus efficace auprès des personnes sans travail.

La première phase de ce plan a débuté par une rencontre entre les prescripteurs et les professionnels ; celle-ci a débouché sur des visites et une immersion des responsables de l’emploi dans les établissements. Le 23 janvier, ils ont été reçus à l’hôtel-restaurant  « Mercator » de Vendôme pour y découvrir les différents métiers présents.

Accueillis par le directeur, Dominique Berrurier, Martine Mallet de « Pôle emploi », Claire Souriau de la Mission locale et Valérie Géré de la Communauté des Territoires vendômois, ont pu être informées des méthodes de travail de cet établissement « 3 étoiles » dont les propriétaires s’appliquent à créer une ambiance familiale et chaleureuse, tant à travers une décoration insolite et sympathique, qu’à travers un personnel stable qui connait bien la clientèle et  travaille dans une atmosphère conviviale propre à renforcer ses liens.

Tout proche de la zone d’activité sud de Vendôme, l’établissement accueille une clientèle d’affaires, ce qui a conduit la direction à adopter une organisation particulière : ouverture en semaine,  fermeture la plupart des week-ends de l’année ainsi que trois semaines en août ,  et entre Noël et le Jour de l’An. Il dispose de 56 chambres et de trois salles pour les séminaires.

L’amplitude horaire du travail est importante : le temps d’ activité existe au sein de l’établissement va de 6h le matin à 22h le soir. Après le petit-déjeuner qui se termine à 9h30, la salle à manger doit être débarrassée et nettoyée par l’un des employés tandis qu’un autre « fait la cave », c’est-à-dire remplit les réfrigérateurs, s’assure que rien ne manque pour le service de midi. Il prépare l’apéritif et les amuse-bouche ainsi que les éléments constitutifs des cafés gourmands. La gestion des stocks doit être assurée en permanence et les commandes passées. La réception est assurée par tout le monde, c’est-à-dire par la personne disponible la plus proche.

Pour la cuisine, le chef est assisté d’un second ; un plongeur et un apprenti complètent l’équipe. Dominique et Valérie Berrurier ainsi que Laurent, l’assistant de direction, assurent le service en salle.

En ce qui concerne l’hôtellerie, sa charge incombe à deux femmes de chambre.

Ce travail d’équipe se passe dans les meilleures conditions puisque chacun connait précisément sa tâche. La plupart du temps,  chaque jour connait un moment de « rush » auquel tous doivent pouvoir faire face. Sous l’effet de la pression, de petits incidents sont susceptibles de se produire au sein de l’équipe ; un « débriefing » permet de ramener les choses à leur juste importance.

A la demande de ses interlocutrices, Laurent Berrurier a détaillé les avantages et les inconvénients des métiers de l’hôtellerie-restauration. Parmi ces derniers figure le niveau nettement insuffisant des rémunérations en regard des contraintes imposées « Comme d’autres métiers manuels, ceux de l’hôtellerie-restauration sont insuffisamment rémunérés, ce qui explique que certains préfèrent conserver le bénéfice d’un revenu de substitution sans avoir à travailler. Malgré leur grande amplitude, les horaires ne constituent pas vraiment un frein, sauf en ce qui concerne les femmes ayant des enfants en bas-âge en raison des horaires décalés. »

En revanche, parmi les points positifs, figurent le travail en communauté, la possibilité d’oeuvrer partout dans le monde, où les Français demeurent appréciés , la faculté d’évoluer au sein d’une équipe ou d’un groupe hôtelier ainsi que celle de créer sa propre entreprise. Ces métiers, où sont les contacts sont nombreux, donnent aux jeunes une formation pratique qui leur permet d’évoluer vers la polyvalence.

Raphaël, l’un des membres de l’équipe de « Pôle emploi » a passé une partie de la matinée en cuisine ; il s’est déclaré extrêmement satisfait de son expérience qui lui  a permis de découvrir des métiers dont il saura vanter les mérites en toute connaissance de cause.

                                                                                Sabine et Xavier Campion

Merci de partager cet article 🙂
Tags : ,

Classés dans :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.